Alcuin


Alcuin
Alcuin
    Au début du IXe siècle, à cette époque de grande construction, l’œuvre d’Alcuin (735-804) a eu une réelle importance dans la direction intellectuelle de l’Europe pendant tout le Moyen Age. Né l’année même de la mort de Bède le Vénérable, Alcuin avait reçu à York la tradition d’un enseignement libéral ; devenu maître de l’école épiscopale d’York, il fut appelé en 785 par le roi Charles, et il devint dans l’empire franc l’organisateur des études : œuvre pratique plus que théorique, mais dans laquelle se manifeste cette sorte d’architecture intellectuelle qui se maintiendra pendant tout le Moyen Age : les sept arts libéraux comme moyens, la théologie comme fin, voilà la formule qui résumerait le mieux ses desseins : elle n’a rien d’inattendu ; elle est l’œuvre non d’un spéculatif, mais d’un homme qui a à diriger des monastères et à défendre la foi dans les conciles ; mais Alcuin insiste avec une force singulière sur la nécessité des arts libéraux : il sanctifie ces arts, en montrant leurs relations avec la création divine : « Les philosophes n’ont pas créé mais ont seulement découvert ces arts ; c’est Dieu qui les a créés dans les choses naturelles (in naturis) ; et les hommes les plus sages les y ont trouvés. » La philosophie consiste à lire l’œuvre de la création ; les connaissances qu’elle donne correspondent à la révélation, la physique à la Genèse, la morale aux livres des Sagesses, la logique aux Évangiles. Mais surtout il en montre la nécessité pour l’interprétation des Écritures ; il en appelle au grand maître, à saint Augustin, selon qui « des raisonnements dialectiques sont nécessaires, et les questions les plus profondes au sujet de la sainte Trinité ne peuvent s’expliquer que par la subtilité des catégories ». Dans une lettre à Charlemagne, il vante non seulement la douceur des mathématiques et l’agrément de la connaissance des choses célestes, mais leur utilité dans l’interprétation des Écritures.
    A côté des arts libéraux, il est une autre tradition antique que maintient Alcuin, c’est celle de la morale cicéronienne. En son traité Des vertus et des vices , après avoir parlé des vertus proprement chrétiennes, foi, charité, espérance, etc., et des vices qui leur sont opposés, il ajoute : « De tous ces guides de la religion chrétienne que nous avons opposés à l’armée de l’impiété diabolique, il est quatre chefs qui sont les plus glorieux : la prudence, la justice, le courage et la tempérance » ; et de ces quatre vertus, il donne les définitions du De Officiis.

Philosophie du Moyen Age. . 1949.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alcuin — • Lengthy article on the educator, scholar, theologian, liturgist, who died in 804 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Alcuin     Alcuin      …   Catholic encyclopedia

  • Alcuin — of York ( la. Alcuinus) or Ealhwine, nicknamed Albinus or Flaccus (c. 735 ndash; May 19, 804) was a scholar, ecclesiastic, poet and teacher from York, Northumbria. He was born around 735 and became the student of Egbert at York. At the invitation …   Wikipedia

  • ALCUIN — ALCUIN, lat. ALBINUS FLACCUS (730 env. 804) Clerc anglo saxon, né à York, Alcuin fut dans cette ville l’élève d’Aelbert, auquel il succéda à la tête de l’école cathédrale. Il fut alors regardé comme l’un des maîtres de la culture chrétienne… …   Encyclopédie Universelle

  • ALCUIN° — (Albinus Flaccus; c. 735–804), educator and tutor of Charlemagne from 781. Born in York, he was educated in a school where one of his teachers had been a student of Bede. Author of several books and educational manuals, Alcuin s exegetical works… …   Encyclopedia of Judaism

  • Alcuin — Alcuin, Alcwin, auch Albinus, 732 bei York geb., studirte an der Domschule von York und wurde später deren Vorsteher. 781 von Karl d. Gr. nach Paris berufen, wurde er Vorsteher der Palastschule, Mitglied der Akademie und erwarb sich um die… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Alcuīn — Alcuīn, geb. 735 (739) zu York, wurde 766 Rector der Schule daselbst; machte eine Reise nach Rom u. kam auf der Rückreise zu Pavia in die Bekanntschaft Karls d. Gr.; dieser berief ihn 782 zu sich u. bediente sich seines Rathes in der Cultivirung… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Alcuin — [al′kwin] A.D. 735? 804; Eng. theologian & writer: advisor in the court of Charlemagne …   English World dictionary

  • Alcuin — Raban Maur (gauche), soutenu par Alcuin (milieu), dédicace son œuvre à l archevêque Otgar de Mayence (droite) Alcuin d York, en vieil anglais Ealhwine, latinisé Albinus et surnommé Flaccus (Northumbrie, vers 730 – Tours, 804), étai …   Wikipédia en Français

  • Alcuin — /al kwin/, n. (Ealhwine Flaccus) A.D. 735 804 English theologian and scholar: teacher and adviser of Charlemagne. Also, Alchuine. Also called Albinus. * * * born с 732, in or near York, Yorkshire, Eng. died May 9, 804, Tours, France Anglo Latin… …   Universalium

  • Alcuin — Hrabanus Maurus (links), unterstützt von Alkuin (mitte), übergibt sein Werk an Otgar von Mainz (rechts) – Darstellung aus manuscriptum Fuldense um 830 Alkuin, angelsächsisch Ealhwine, auch Alhwin, Alchoin, inschriftlich ALCHVVINVS, latinisiert… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.